Alicia Vikander France - Votre unique source francophone sur l'actrice suédoise Alicia Vikander
Welcome Message
Bienvenue sur Alicia Vikander France, votre unique source francophone concernant l'actrice oscarisée suédoise, Alicia Vikander. Connue pour ses rôles dans 'Ex-Machina', 'The Danish Girl', 'Jason Bourne' et 'Tomb Raider'. Vous pourez suivre sur le site toute l'actualité professionelle de l'actrice à travers différents supports, tels que des photos, vidéos, traductions, etc. L'équipe vous souhaite à tous une excellente visite sur le site.
Latest Pictures
LV-VOLT-AD-002.jpg
LV-VOLT-AD-001.jpg
THE-GLORIAS-BTS-002.jpg
AV-Elle-UK-scans-014.jpg
AV-Elle-UK-scans-013.jpg
AV-Elle-UK-scans-012.jpg

Alicia Vikander saute vers de nouveaux sommets -dans la vie et dans la mode

L’actrice notoirement privée s’ouvre sur sa vie au Portugal, sur son absence sur les réseaux sociaux et sur son prochain prochain film avec Julianne Moore.

« Maman, je veux être elle ! » crie une petite fille exhalée, dans un groupe d’enfants qui s’est rassemblé spontanément dans le parc Forsyth à Savannah. La tête tournée vers le ciel, ils sont stupéfaits, cloués sur place comme si ils avaient repéré un vrai super-héros. Et d’une certaine manière c’est le cas. En ce samedi matin ensoleillé pour sa séance photo avec le magazine Harper’s Bazaar, Alicia Vikander flotte littéralement dans les airs, pirouettant avec grâce dans une robe Louis Vuitton, 15 mètres au dessus de la pelouse verte. L’actrice suédoise semble extrêmement à l’aise et visiblement en contrôle, appelant souvent – avec politesse – les coordinateurs de cascades et l’équipe du photographe depuis le ciel.

De retour sur la terre ferme, Alicia Vikander, vêtue d’un jean Goldsign, d’une bouse noire Isabel Marant et de chaussures plates Jimmy Choo, les cheveux tirés en arrière en un chignon désordonné, est assise dans un bar à cocktail en face du parc de Forsyth. « Dans ce milieu, vous devez être prêt à vous lancez, ce que j’apprécie, » dit-elle. Elle viens de commander une vodka martini, et demande gentiment au barman de vider le vermouth après un coup autour du verre. « Je suis douée pour caché tout mon stress. Une chose que j’ai entendue toute ma vie c’est ‘Oh tu as l’air si forte.’ Je pense que l’une des choses que je sais le mieux faire c’est de ne pas montrer que je me fais dessus. »

Une façade stoïque est plus facile à maintenir sans une présence en ligne. « J’ai réalisé rapidement que les réseaux sociaux n’étaient pas bons pour moi; je n’y trouve personnellement aucune joie, » déclare l’actrice, qui a eu un compte instagram pendant un mois avant que la méthode de Marie Kondo n’ai raison d’elle. C’est également plus facile à maintenir sans un compte instagram : l’intimité. Alicia Vikander est discrètement marié à l’acteur irlandais Michael Fassbender depuis 2017.

Le couple fait délibérément profil bas, résidant à Lisbonne au Portugal, ou ils savourent des matins rempli de bains de mer et de yoga. « Je viens d’un pays très froid et sombre, et le Portugal c’est l’opposé, » dit Alicia Vikander de son foyer adoptif. « Mon mari aime surfer, donc nous aimons être près de la mer. »

Alicia Vikander semble délicieusement inconsciente de son statut de célébrité. « Chaque fois que je suis en promotion, je suis soudainement confronté à la réalité de ma renommée », explique-t-elle. « J’oublie parfois que ma vie a changé. » Quand elle a commencé, Alicia Vikander ne pensait pas avoir une grande carrière d’actrice, encore moins devenir une icône internationale. Elle a été rejetée de l’école d’art dramatique à trois reprises. (« une partie de moi a eu l’impression de ne pas appartenir à ce milieu », confesse-t-elle). En fait, elle était à une semaine de commencer des études à la faculté de droit quand elle a joué dans le drame de Lisa Langseth en 2010, Pure, pour lequel elle a remporté l’équivalent suédois d’un Oscar. Après ça, elle ne s’est plus jamais tournée vers le passé.

Après son rôle révolutionnaire de robot émancipé dans Ex Machina en 2015, l’actrice remporta un Oscar l’année suivante pour sa performance dans The Danish Girl. Depuis lors, elle a travaillé dur pour incarner le rôle de Lara Croft, dans le reboot de Tomb Raider, et a appris à parler japonais pour le thriller The Earthquake Bird, qui se déroule à Tokyo. Autre projet en cours ? Le biopic basé sur Gloria Steinem de Julie Taymor, The Glorias, dans lequel elle et Julianne Moore incarnent la légendaire féministe. « Alicia et moi sommes séparées de milliers de kilomètres et de cinq décennies. Pourtant, nous avons toutes les deux grandi en voulant être d’abord danseuse de ballet, puis avocate – un mélange d’art et de militantisme », explique Gloria Steinem. « Je pense que nous aurions été amis enfants et c’est un miracle que nous nous rencontrons maintenant, à travers les continents et à travers le temps. Nous avons toutes les deux trouvé un travail que nous aimons – écrire et jouer – et nous l’utilisons pour rendre l’invisible visible. »

En plus de ses nombreux rôles à l’écran, Alicia Vikander est également devenue une icône majeure du style au cours des dernières années, en partie grâce au directeur artistique de Louis Vuitton, Nicolas Ghesquière, qui a fait de l’actrice sa muse, en l’habillant dans un style jeune, cassant les codes, lors de la promotion de The Danish Girl. « Nicolas prend des risques », dit-elle de sa décision de s’associer au designer. « Son travail est avant-gardiste mais accessible. Je me sens cool et féminine dans ses vêtements. Ils sont comme mon armure. » De même, Nicolas Ghesquière n’a aucun mal à expliquer ce qui l’a attiré chez Alicia Vikander. « Alicia a un sens aigu de soi et du style », dit-il. « Sa vie et sa carrière ont suivi une trajectoire très rapide, et pourtant elle est restée la même belle jeune femme déterminée et confiante. » La designer n’hésite pas à applaudir l’intégrité d’Alicia Vikander : « Je suis toujours impressionné par les gens qui ne font pas de compromis. Elle peut se transformer sans se trahir. »

Alicia Vikander a grandi avec une mère célibataire dans une famille modeste de Göteborg, en Suède. Elle considérait que la haute couture était davantage une chimère qu’une réalité. « Ma mère était une actrice et nous n’avions de l’argent seulement pour des choses fonctionnelles », se souvient-elle. « Je me souviens quand j’ai acheté mon premier magazine. C’était une fenêtre ouverte sur un monde qui semblait être si éloigné du mien. » Le manque de ressources l’a rendue plus créative. « J’ai fait beaucoup dans les magasins de prêt-à-porter et dans les friperies, » dit-elle. « J’aimais quand on me demandait d’où venait une de mes pièces et je répondais : ‘Je l’ai eu chez H&M.’ » ajoute Alicia Vikander, qui a poursuivi une carrière de danseuse de ballet à l’adolescence, mais a finalement du arrêter à cause de blessures. « J’ai adoré porter mes vêtements comme un autre outil pour exprimer qui je suis. »

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu de faux pas en cours de route. « À l’adolescence, j’ai vécu une grosse période hip-hop. Je portais d’énormes boucles d’oreilles, un pantalon bouffant et cette veste Addidas en velours réversible pour laquelle j’ai dépensé beaucoup d’argent pensant que c’était un vrai investissement à l’époque », révèle-t-elle. « Je ne vous montrer pas de photos de ça! »

Aujourd’hui, sa garde-robe de tout les jours est principalement noire et « très scandinave » (elle est une fan loyale des marques de son pays natal comme Acne Studios, Rodebjer et Totême), en grande partie dû à l’influence de Lisa Langseth. La réalisatrice suédoise à non seulement engagé Alicia Vikander à l’âge de 20 ans dans son premier film, mais est également devenue sa mentor professionnelle -et stylistique. « J’ai essayer tellement de styles différents jusqu’à ce que je rencontre Lisa, qui était dans la trentaine, » dit Alicia Vikander qui a de nouveau travaillé avec la réalisatrice sur Euphoria en 2017. « Elle joue entre en étant légèrement androgyne et rock’n’roll mais elle respire aussi la féminité. » C’est à ce moment qu’Alicia Vikander a réalisé qu’il n’était pas toujours nécessaire d’aller dans les extrêmes vestimentaires pour avoir un impact. « Je pense que j’ai alors commencé à trouvé mon propre style. Je suis très classique et j’ai beaucoup de pièces dans ma garde-robe que j’aurais pour longtemps je le sais, » dit-elle en touchant sa boucle d’oreille sculpturale Ana Khouri. « J’ai commencé à porté beaucoup de blazers et de jeans à la coupe simple. J’adore les bijoux et les manteaux. Les chaussures et sacs sont très importants pour moi aussi. J’aime pouvoir juste mettre un t-shirt et un jean mais faire la tenue avec les accessoires. »

Alors que nous continuons de siroter nos martini, la conversation sur la mode prendre un tournant plus sérieux. Je parle à Alicia Vikander de l’histoire profonde et ancré des femmes qui s’habillent pour se faire accepté par les autres femmes, ou pour satisfaire les hommes plutôt que pour elles-mêmes. « Mon père est psychiatre, et il m’a souvent dit que dans son travail il dit à ses patients que la façon dont les autres nous perçoivent est loin d’être la réalité, » dit-elle. « Je pense que les gens en sont finalement à un stade ou il se soucient moins de ce que les autres peuvent pensés, et se sentent plus à l’aise avec les différentes versions d’eux-même. Les marques qui a un époque étaient associées aux femmes de classes supérieurs, d’un âge moyens sont maintenant ce que les adolescentes veulent portés. » Et vice-versa. « J’adore voir que des PDG de sociétés peuvent porté du streetwear. » Les yeux grands ouvert d’excitation. « Michelle Obama brise les conventions en portant des bottes scintillante Balenciaga – c’est une femme qui me surprendra toujours ! Je suis ravie que nous soyons à un stade ou les gens n’ont pas besoin de rentré dans une catégorie d’âge ou de classe sociale. »

Alicia Vikander est catégorique, la mode et le féminisme « vont de pair, » et que c’est essentiel à la liberté d’expression des femmes. Ce qui nous ramène à son rôle dans The Glorias. « J’étais juste submergé par ce que Gloria a accompli dans sa vie, et de toute les difficultés auxquelles elle a du faire face grandissant à son époque. Je suis curieuse de savoir ce qui lui a donné la force de se confronté aux inégalités de notre société. »

L’actrice elle-même pousse activement le changement parmi les mouvements Me Too et Time’s Up. En 2017 elle a signé une lettre ouverte dénonçant l’échec de l’industrie du cinéma et théâtre suédois de protéger les femmes contre les prédateurs sexuels. Et aujourd’hui Alicia Vikander est optimiste concernant le futur : « C’est triste que beaucoup d’entre nous, les femmes, n’aient pas eu l’opportunité de travailler ensemble parce que pas assez de femmes n’étaient engagées. Et subitement nous avons trouvé un moyen non seulement de s’atteindre, mais également de se connaître, et de forger des relations qui mènent à des collaborations créatives. Je travaille actuellement sur plusieurs projets avec des femmes que j’ai rencontré l’année dernière. Cela en soit est une magnifique preuve qu’un grand changement s’opère. »


Ecrit par Andrew Bevan pour Harper’s Bazaar | 14 mars 2019 | Traduit par Alicia Vikander France